Le village

Petit village qui porte le nom de son protecteur, Saint-Léger est situé dans l’Ouest de la Province du Hainaut et est rattaché à la commune d’Estaimpuis depuis 1977. Le territoire de la commune est traversé par le Canal de l’Espierre qui va de l’Escaut à la ville de Roubaix et qui continue jusqu’à la Deûle. Ce canal a été classé par la Région Wallonne. C’est un endroit magnifique pour se promener et où il fait bon vivre.

Saint-Léger est un village partie autrefois de Flandre et partie du Tournaisis. Saint-Léger fut le théâtre de fait historique. En 1319, le Pape Jean XXII envoie en France, son pénitencier Gaucelin, Cardinal prêtre. Il avait pour mission d’établir la paix entre le Roi de France et Robert, Comte de Flandre. Gaucelin arrive à Tournai à l’Abbaye Saint-Martin le 25 juin 1319. Aussitôt, il se rend à Saint-Léger, à la maison du Temple pour y négocier la paix entre les princes. Le 15 août 1319, jour de l’Assomption, le traité est signé. De retour à Tournai, Gaucelin est accueilli par les acclamations d’une foule enthousiaste.

cropped-egliseetferme.jpg
Saint-Léger possède une magnifique église ogivale du XIVe siècle. Il subsiste dans ce village des vestiges de la Commanderie majeure que l’Ordre du Temple avait fondée à cet endroit au XIIIe siècle. Il existe toujours la ferme du Temple, qui est très belle et une propriété privée, donc pas de visites de ce site somptueux sauf de l’extérieur.

Situé entre Tournai et Mouscron, Saint-Léger dépend de la commune d’Estaimpuis.

Autour de Saint-Léger, on retrouve des petits villages qui font aussi parti de la commune : Evregnies, Bailleul, Néchin,… Un peu plus loin, à environ quatre kilomètres de là, on retrouve le village de Pecq qui ne fait pas parti de l’entité. Ce village est plus grand que Saint-Léger , plus de commerces, activités, etc.

L’habitat a subi une évolution à la fin du XVIIIe siècle à nos jours qui se caractérise par une densification à l’intérieur du périmètre existant. Il y a également un habitat de « rejet » qui se regroupe autour d’un trieu. Le trieu était un terrain vague, couvert d’herbes, arbres, appartenant à la communauté où celle-ci exerçait des droits d’usage. Le trieu servait de lieu de rassemblement du bétail, le soir pour la traite et l’abreuvage, la nuit pour empêcher le troupeau de se répandre dans les cultures. Il pouvait également servir de pâturage collectif, de lieu de récolte du bois ou du sable.

Dans le village, on trouve beaucoup de fermes situées le plus souvent le long du canal. Les propriétaires de ces fermes sont pour la plupart des flamands d’origine.
Les fermes érigées en volumes simples s’étalent harmonieusement dans le paysage du village. Leur forme caractéristique est souvent celle d’un long parallélépipède rectangle. Le porche est présenté sous la forme simple d’un portail creusé dans le mur d’entrée et sans toiture particulière.

Saint-Léger, évêque d’Autun, chef-lieu d’arrondissement dans le département de Saône-et-Loire, a subi le martyre et a été béatifié par la suite.