Eglise

L’église porte ce nom parce que lors de la consécration du premier oratoire chrétien en ce lieu, on la dota d’une relique de Saint, et par la suite, le territoire avoisinant fut appelé : SAINT-LEGER.

Réduit en cendres vers 1566, par les huguenots, (les fameux Hurlus), ce monument fut de nouveau pillé et incendié en 1658 par « les soldats de l’armée française ». Et en 1693, par un détachement des armées Alliées ennemies de le France.

Cet édifice a été bâti en pierres calcaires de Tournai, à l’exception de quelques reprises en briques dans certaines parties hautes de l’église. Elle comprend: une nef, deux bas côtés, un transept et un chœur à pans coupés. La belle tour qui se dresse en façade se situe dans l’axe de la nef et du chœur. Signalons encore une sacristie ancienne en pierres de Tournai au nord du chœur, et à l’opposé une sacristie en briques du XVIIIe siècle.

eglise_horizon

Dans le clocher on retrouve deux cloches: une grande et une petite. Sur la grande cloche, il est gravé: « Mon nom est Saint-Léger. J’ai été fondue en mai 1715 ou 1713 (date peu lisible). Sur la petite cloche, il est gravé: « J’ai été baptisée par M. Delcour, doyen du canton de Templeuve et recteur de Saint-Léger. Lors des travaux de restauration en 1987 et 1988, ont eu lieu des découvertes intéressantes. On a découvert plusieurs squelettes, dont un avec une arme. On a également retrouvé les fondations d’un mur. Les fondations découvertes pourraient être celles d’un mur qui existait avant l’un des trois incendies de l’église. On ne peut pas faire une datation exacte de l’église par rapport aux objets trouvés lors des fouilles. Néanmoins, on peut avancer une constatation: les différentes découvertes datent pour la plupart du XVe et XVIe siècle.

IMG_1392 IMG_1395

Le clocher de l’église mesure 57 mètres de haut et est bâti sur un plan carré parce que le carré symbolisait, à l’époque, la Terre. Les rabats des fenêtres qui entourent le clocher servent à diffuser le son des cloches dans le village.

Il existe toujours sur un des murs de l’église les vestiges d’une porte appelée : « Porte du Paradis » . Cette porte servait à conduire les défunts directement de l’église au cimetière.